#01 PREMIER JOUR DU RESTE DE TA VIE


CHRONI'COEUR / dimanche, décembre 31st, 2017

Après 9 MOIS

Début Août 2013, nous arrivons au terme de ma deuxième grossesse. Comme pour la première, mon accouchement sera déclenché. La veille, tout ce mélange, une bonne dose de peur et un soupçon d’excitation. Oui, j’ai peur , mon premier accouchement s’est très mal passé et je ne cardiopathie congénitale premier jour en reanimationveux pas y retourner….contre tout attente, tout se passe en douceur. Charlise pèse 3,490kg pour 51 cm.

Pendant la nuit Charlise pleure beaucoup, je ne suis pas sereine…Pourtant je devrais l’être, l’accouchement est terminé, les tests de Charlise se sont bien passés, je devrais me réjouir.

Le lendemain matin, nous avons la visite du pédiatre, c’est là que tout commence, elle m’annonce que ma fille a « un souffle au cœur ».

Panique !! un quoi? expliquez-moi??….. Je sens au comportement de la pédiatre que ce n’est pas un souffle ordinaire…mais elle me rassure.

Je contacte mon mari pour lui expliquer la situation, il est inquiet,  mais pour me rassurer il me répond que certains sportifs de hauts niveaux ont des souffles au cœur et qu’ils vivent bien comme ça. L’après-midi même nous avons rendez-vous au pôle de cardiologie pédiatrique, un taxi vient nous transférer à cardiopathie congénitale premier jour en reanimationl’hôpital, la route est interminable et je suis effrayée.

Nous arrivons dans le service, une interne nous reçoit, pendant une bonne vingtaine de minutes elle nous explique toutes les pathologies possibles, qu’aujourd’hui il existe beaucoup de solutions pour traiter…..

Nous passons à l’échographie, installons Charlise et l’interne commence l’examen, elle cherche, cherche vraiment quelque chose?… l’interne blanchie….cela dure, dure… une éternité, je suis ailleurs. Elle part chercher sa responsable pour un autre avis. La chef de cardiologue arrive accompagnée d’un autre médecin ….Charlise va être transférée en réanimation. Elle n’a pas d’artère pulmonaire visible, son cœur est tellement petit qu’il est difficile de voir…. Il cherche à comprendre par quel biais se font les échanges gazeux entre son coeur et ses poumons. Je suis sous le choc, je ne comprends pas tous ces termes médicaux, je connais l’anatomie du cœur d’un niveau scolaire.

Et dans un moment de «lucidité» je demande :  » Mais avec son problème cardiaque, elle ne fera jamais de sport ? « et la réponse résonne encore en moi :
« Mais madame la question, ce n’est pas de savoir si votre fille fera du sport, c’est de savoir si ELLE VA PASSER LA NUIT. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *